0

Une histoire de football : Le bâton de Nasazzi.

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

A moins de trois mois du match d’ouverture de la Coupe du Monde Brésil-Croatie, durant laquelle les 32 nations qualifiées vont se disputer le trophée le plus prestigieux de la planète, le destin d’un autre titre, moins glorieux, mais ayant le même âge que la Coupe chère à Jules Rimet va changer.

Il sera présent à la Coupe du Monde au Brésil. Il n’est même pas officiel mais sera bien là. « Il », c’est le bâton de Nasazzi. Existant depuis 1930, son nom vient de José Nasazzi, premier capitaine de l’Uruguay, première équipe championne du monde. Trophée fictif, ce dernier est régi par une simple règle : lorsque le détenteur perd une rencontre reconnue par la FIFA (amicale ou officielle) au bout de 90 minutes, c’est son adversaire qui s’empare du bâton. En cas de prolongations ou de tirs au buts, le trophée reste entre les mains de son détenteur.

Ainsi, contrairement à une coupe du monde qui a lieu tous les 4 ans et dans laquelle un des favoris gagnera quasi automatiquement le trophée, le bâton de Nasazzi, lui est plus ouvert et est constamment remis en jeu. De l’Uruguay à la France en passant par la Corée du Sud, le Zimbabwe et même, les Antilles néerlandaises, le trophée est passé par tous les continents.

Le record de détentions est actuellement tenu par le Brésil avec 10 titres juste devant l’Angleterre et l’Argentine avec 9 titres chacun. L’équipe de France, elle, a déjà remporté le trophée virtuel 7 fois dont la dernière fois en 2001 face au Portugal avant de le perdre lors d’une défaite en coupe des confédérations contre l’Australie 28 semaines plus tard.

Le record de la plus longue période de détention du trophée quand à lui revient aux Pays-Bas qui, entre Novembre 2008 et Octobre 2011 n’ont pas perdu le moindre match dans le temps règlementaire. Celui de la plus courte est, lui, attribué à la même équipe d’Australie, défaite 1-0 par la Corée du Sud en coupe des confédérations deux jours seulement après leur victoire contre la France.

Actuellement détenu par la Russie, dont le groupe H composé de la Belgique, de l’Algérie et de la Corée du Sud ne sera pas évident, le bâton pourrait bien changer de mains pendant la compétition, et ce, jusqu’à la finale. Toutefois, ce cas de figure ne s’est encore à ce jour, jamais produit.

Benjamin de Haro

 

 

 

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Clemence Pouletty

View all post →