0

UE : quelles sont les chances de la Serbie?

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

Tout juste six mois après l’entrée de la Croatie dans l’Union Européenne, les négociations pour l’adhésion de la Serbie ont commencé mardi soir.  Néanmoins, le chemin sera long pour une adhésion totale. Entre les critères d’adhésion, renforcés en 2008, et les nombreux chantiers que l’Etat serbe doit mettre en route, tout reste à faire.

Le Premier ministre Sebe avec Catherine Ashton à Bruxelles (Crédit Photo : Flickr European External Action Service)

Les négociations pour l’adhésion de la Serbie à l’Union Européenne ont commencé mardi soir. Si le Premier ministre Serbe, Ivica Dacic, est confiant, une éventuelle  entrée pour 2020 semble peu probable.Et pour cause, la Serbie n’est pas le meilleur candidat espéré pour une Union touchée par la crise de la dette. Sur le plan politique, la Serbie est toujours enlisée dans une corruption importante ainsi qu’un Etat de droit défaillant. Selon les diplomates européens, de nombreux chantiers sont à mettre en route, dont une refonte totale du système judiciaire. La protection des minorités est également un point litigieux, les tensions entre les communautés sont encore très fortes et la reconnaissance du Kosovo par la Serbie n’est pas actée.

La Serbie, futur boulet de l’Europe ?

Ces négociations sont incertaines tant les réformes à lancer sont importantes. Si le système économique serbe est similaire à celui de l’Europe, le chômage touche plus de 20% de la population active. L’Etat serbe a par ailleurs un déficit public de 7% du PIB et ce, depuis quatre années consécutives. Bien plus que les 3% imposés par le traité de Maastricht. Le déficit pourrait se creuser davantage. Les responsables européens veulent, quant à eux, éviter un nouveau fiasco comme le fut l’entrée de la Roumanie et de la Bulgarie en 2007.

Par Jérémy Pastor

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Jérémy Pastor

View all post →