0

Top 10 des gaspillages économiques français

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

La SNCF a fait une commande de TER trop larges pour 1300 quais de gares. Un décalage qui va coûter pas moins de 50 millions d’euros. The Young Report.fr vous propose le top 10 des pires gaspillages économiques français. 

La route qui a coûté 1,66 milliard d'euros

La route qui a coûté 1,66 milliard d’euros

La France est dans uns situation économique délicate, sans ses gaspillages la France aurait économisé quelques centaines de millions d’euros. Centaines de millions d’euros plus que nécessaires pour aider le pays à se relever.

1- la route la plus chère de France a coûté 1,66 Milliard d’euros pour seulement 12km.

Pour rappel, la route a été conçue pour relier Saint Denis et le Port sur l’Ile de la Réunion. Une idée plutôt louable mais qui est un véritable fiasco. Tout le monde était contre la construction de la route. Et pour cause, il faut raccorder la route à l’ancienne route, un raccordement estimé à 600 millions d’euros. Pire encore, il faut construire un autre raccordement pour relier la route et la rocade ce qui représente un coût de 450 millions d’euros supplémentaires. Autant dire que ce projet de nouvelle route du littoral s’annonce déjà comme un gouffre financier pour l’Etat et pour la Réunion.

2-La campagne de vaccination contre la grippe A synonyme de 662 millions d’euros de dépenses

Vous vous souvenez de la grippe A, grippe qui a fait tant parler en Europe et surtout en France. Pour combattre le virus, Roselyne Bachelot alors ministre de la Santé a vu les choses en grand. En trop grand même, 18,9 millions de vaccins commandés pour seulement 5,4 millions de personnes vaccinées pour un coût de 662 millions d’euros. La Cour des Comptes a dénoncé la stratégie de l’Etat en critiquant « les commandes massives de vaccins » et la chaotique conduite des opérations qui a exclus les hôpitaux et les médecins libéraux.

3-Le dossier médical personnel, coût 500 millions d’euros

L’annonce de ce dossier médical personnel était une annonce phare du gouvernement en 2004. Le but : regrouper dans un même dossier les informations de santé d’un malade pour garantir une meilleure transparence du médecin traitant jusqu’à l’hôpital. 10 ans plus tard, le bilan est négatif avec seulement 400 000 dossiers crées sur les 5 millions prévus. Un faible nombre qui s’explique par le vœu de ne pas dévoiler leur intimité de la part des patients. Coût total : 500 millions d’euros.

4-175 millions d’euros pour le siège de la région Rhône-Alpes 

Dépenser 175 millions d’euros pour un siège régional, voilà qui est cher. Jean-Jack Queyranne exigeait un siège à la hauteur de la région, il a été servi même un peu trop au goût des lyonnais et des français. Son opposante François Grossetête s’insurge contre la construction. « En cette période de crise, c’est une véritable gabegie » déclare-t-elle. Pour rappel, le coût initial était de 60 millions d’euros soit trois fois moins que la dépense totale.

5-Les cabinets de conseil pour France Télévisions, coût total 101,2 millions d’euros

France Télévisions cherchait absolument à simplifier sa stratégie. Pour le réaliser, il fallait réunir toutes les branches du groupe. Une réunion effectuée dans de grandes difficultés et qui ont nécessité de l’aide de différentes agences. Une aide estimée à quelques 101,2 millions d’euros. Le groupe ne peut s’en prendre qu’à lui même. 101,2 millions d’euros pour 4 ans de recherches sans relâches. Le résultat n’est pas forcément celui attendu par la direction de France Télévisions.

6-La construction de 2 stations d’épurations contiguës pour 80 millions d’euros

Dans les constructions inexplicables, elle est vraiment au sommet du classement. L’intérêt de construire deux stations d’épurations dans deux villes voisines est vraiment discutable. Elles se situent entre Corbeil-Essonne et Evry, deux communes qui se livrent une guerre sans relâche à cause du traitement des eaux usées. Une guerre qui empêche les deux villes de réduire les pertes en s’associant. Les magistrats ont tiré la sonnette d’alarme en déclarant : « Le traitement des eaux usées de la région de Corbeil-Essonne et d’Evry : l’oubli de l’intérêt général ».

7-France.fr a coûté 4 millions d’euros

L’installation et la mise en place du site « France.fr » a engendré des coûts de 4 millions d’euros. Le site comporte 3000 pages, 12 000 liens et 1 million de documents indexés utiles pour recueillir toutes les informations pratiques (travail, tourisme, entreprises, vie quotidienne) du pays. Une idée louable mais qui n’a pas marché. Pire encore, le bug pour le lancement a été le synonyme d’échec total. L’Etat n’était donc pas à la page.

8-900 000 euros pour un musée peu visité 

La culture a elle aussi connu des échecs notamment un musée est au cœur d’un scandale économique. Il s’agit du musée national de sport. Il contient près de 600 000 documents et objets de l’histoire du sport français. Construit en 1963, il a déménagé en 1988 au Parc des Princes, avant encore de subir un nouveau déménagement et d’être réinstallé en 2008. Au total, seulement 50 personnes visites le musée par jour. Un fiasco qui fait réfléchir la Cour des Comptes à un éventuel abandon du projet.

9-Des frais d’avion record pour Dominique Bussereau (750 000 euros)

29 mois au ministère de l’Agriculture pour un coût total de 750 000 euros. Voilà en résumé le coût des prestations de Dominique Bussereau à la tête de l’Agriculture. Entre des déplacements en avions, en taxis et autres transports ferroviaires, l’homme a coûté 26 000 euros par mois aux contribuables. Des dépenses de trop qui ne lui vaudront en aucun cas des remerciements : ce dernier a quitté son poste des suites d’un remaniement après 29 mois de services.

10-Le richissime PSG subventionné à hauteur de 450 000 euros par Paris

La ville de Paris a décidé de subventionner le club de football parisien à hauteur de 450 000 euros. Une idée est assez invraisemblable pour un club devenu riche depuis l’arrivée des Qataris au pouvoir du club. Surtout que la somme engagée ne représente rien pour les propriétaires du club, lesquels disposent de quelques 480 millions de budget. Les Verts sont rapidement montés au créneau contre l’aide accordée au PSG « cette subvention renforcée n’est pas acceptable en période de crise budgétaire ». En vain.

La SNCF est ainsi loin d’arriver aux chiffres astronomiques vu dans le classement, néanmoins les 50 millions d’euros de travaux vont s’ajouter aux 30 milliards d’euros de dette que comptent la SNCF et Réseau Ferré de France (RFF) réunis. 

 Alexandre Gozzi

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Clemence Pouletty

View all post →