0

Paris si près de décrocher la lune

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

34160En quart de finale retour de la Ligue des champions, le PSG a fait un match magnifique (1-1) mais insuffisant à Barcelone. Les Catalans sont qualifiés pour le dernier carré.

Dignes des Lama, Le Guen, Guérin, Raï, Ginola… Hier malgré l’élimination, les hommes de Carlo Ancelotti ont écrit une nouvelle page de l’histoire du Paris Saint-Germain face aux Blaugrana. Après une rencontre aller déjà phénoménale (2-2 arraché au bout du temps additionnel par Blaise Matuidi), les Parisiens ont fait le match parfait jusqu’au but égalisateur de Pedro (71è). Fatal.

Pendant plus d’une heure, les Rouges et Bleus ont donné la leçon à des Barcelonais fébriles. Pendant plus d’une heure, la ville lumière a éclairé la cité catalane. Pendant plus d’une heure, les socios locaux restaient muets et les chants des supporters de la Capitale résonnaient dans le stade. Pendant plus d’une heure, Paris avait retrouvé son rang, Paris était grand, Paris était Paris, Paris était magique.

photo_1365629061556-63-0-308542

Acculé sur leur but à l’entame de jeu, la bande à Thiago Silva a progressivement pris le dessus au milieu -grâce à un duo Verratti-Motta de feu, pour se créer les meilleures occasions de la première période. Lavezzi (24è), Lucas (27è) et Alex mettaient à contribution un Valdés des grands soirs. Précieux dans le jeu aérien et la conservation du ballon, Ibrahimovic donnait aussi le tournis à la défense par ses passes en profondeur. Enfin à la hauteur en Ligue des champions, le Suédois ne trouvait pourtant pas la solution sur coup-franc (43è).

Sans complexe, le PSG (obligé de gagner ou de marquer à deux reprises) s’est donné les moyens de ses ambitions et a déployé son jeu au Camp Nou comme aucune autre équipe (mise à part le Real) n’y est parvenu ces dernières années. Et ça a payé. Pastore, au sommet de son art ce soir, orchestra la contre-attaque ; l’Argentin combina avec Ibra, fila dans le dos de Dani Alves et trompa le portier espagnol d’une balle piquée pleine de lucidité (50è).

Et le Messi arriva

A l’image de Pastore, à bout de force sur l’aile gauche, l’équipe de Carlo Ancelotti commençait à éprouver les efforts fournis. Et les Barcelonais multipliaient les occasions. Pas doubles champions d’Europe et champions du Monde en titre pour rien, le trio Busquets-Xavi (100% de passes réussis sur 96 tentés-Optajean)-Iniesta épuisait le bloc parisien. Lionel Messi semait la panique dès son entrée sur le terrain (62è) avant d’être décisif sur l’égalisation. Le triple ballon d’or servait Villa, qui s’infiltrait dans la surface, avant de servir Pedro. Récompensé de son animation côté gauche tout au long de partie, l’International de la Roja donnait la qualification aux Catalans d’une frappe imparable (71è). Paris était k-o et les rentrées de Gameiro et Beckham n’y changeaient rien. Sans perdre, Paris est éliminé de la Ligue des champions par la meilleure équipe du monde. Barcelone est dans le dernier carré pour la sixième fois consécutive.

Sur la route de Wembley, le Barça rejoint DortmMalaagGR_1365553007 (1)und, qualifié à l’arraché mardi contre Malaga (0-0 puis 3-2) grâce à deux buts coup sur coup inscrits dans le temps additionnel, le Real Madrid, qui s’est fait peur à Istanbul, mené 3-1 au retour par Galatasaray (3-0 puis 2-3), et le Bayern Munich, grand favori de la compétition. A Turin, les Bavarois n’ont laissé aucune chance à la Juventus, leader du championnat italien : victoire 2-0 comme à l’aller. Tirage au sort des demi-finales vendredi midi.

Par Florian Lefèvre

florianlefevre@theyoungreport.fr

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Jérémy Pastor

View all post →