0

Coupe d’Europe : la France marque son territoire

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

984693-16055226-640-360Pas de top 14 ce week end, place aux Coupes d’Europe où cinq clubs français se sont qualifiés pour les demi-finales des deux compétitions européennes (H-Cup et Amlin Cup).

H-Cup : Clermont se positionne en favori, Toulon remercie Wilkinson

Clermont a impressionné ce week end, comme lors de la phase de poules, en s’imposant 36-14 à Montpellier. Face à des Montpelliérains solides et entreprenants en début de match pour le premier quart de finale européen de leur histoire, les Clermontois se sont montrés patients avant d’infliger à leurs adversaires un cinglant 33-5. Les Clermontois aborderont le dernier carré en favoris après avoir étalé, comme lors de la phase de poules, leur maîtrise et leur expérience pour atteindre leur deuxième demi-finale continentale de suite. Les malheureux Montpelliérains, novices à ce stade de la compétition, en ont fait les frais. Patients, puissants et mobiles, les « Jaunards » ont montré une belle solidité défensive et une redoutable efficacité en attaque. Dans le sillage d’un Sitiveni Sivivatu resplendissant, ils ont inscrit cinq essais, sans pour autant réaliser leur meilleur match et sans leur habituel ouvreur Brock James ! Ils affronteront les Irlandais du Munster qui ont signé une victoire digne de leur glorieux passé des années 2000 chez les Harlequins, champions d’Angleterre et meilleure équipe de la phase de poule. Ronan O’Gara (36 ans), meilleur marqueur de l’histoire de la Coupe d’Europe, a inscrit tous les points de son équipe et porté son total dans la compétition à 1 379 points durant sa carrière.

Toulon connaîtra, lui, pour la première fois le frisson d’un dernier carré européen dans le prestigieux « Temple du rugby » de Twickenham. Ce sera son deuxième frisson après avoir tremblé dans son stade Mayol pour se défaire des griffes des Tigres de Leicester, grandement pénalisés par deux cartons jaunes. L’éternel Jonny Wilkinson, avec six pénalités et un drop, a tiré son équipe de « Galactiques » au complet (Sheridan, Hayman, Botha, Fernandez-Lobbe, frères Armitage, Wilkinson, Giteau…), mais empruntés d’un bien mauvais pas. « Sir Jonny » jouera aussi sa première demi-finale européenne et retrouvera pour l’occasion son ancien jardin de Twickenham. Les Varois affronteront les Saracens d’Owen Farrell, dont la botte a été une nouvelle fois décisive pour envoyer son équipe en demies pour la deuxième fois de leur histoire après 2008 (défaite face au Munster 18-16). Les « Sarries » n’ont jamais été véritablement inquiétés par les vice-champions d’Europe, les Nord-Irlandais d’Ulster (27-16).

Challenge européen : Il y aura une équipe française en finale !

Tenant du titre de la compétition, Biarritz s’est brillamment qualifié pour les demi-finales du challenge européen grâce à un succès probant (41-31) jeudi sur la pelouse des Anglais de Gloucester. Biarrtiz en demies du Challenge Européen. Menés 8-3 après un essai de Mike Tindall, les Basques ont répondu de la meilleure des manières en inscrivant trois essais avant la pause par l’intermédiaire de Teddy Thomas, à deux reprises, et d’Arnaud Héguy (27-14). L’infériorité numérique des Anglais pendant 20 minutes aidant bien les joueurs de Laurent Rodriguez et Didier Faugeron. Après la pause, les coéquipiers d’un Takuszwa NGwenya en feu ont géré avant d’inscrire deux nouveaux essais grâce à Benoît Baby et Seremaia Burotu. Pour accéder à la finale du Challenge et espérer défendre son titre, le BO devra se défaire du Leinster qui s’est facilement imposé face au London Wasps (28-48).

L’autre demi-finale sera 100% française avec une confrontation entre Perpignan et le Stade Français. Pour y arriver, Perpignan a fait respecter sa loi à domicile et accède aux demi-finales de l’Amlin Cup après avoir dominé Toulouse ce vendredi (30-19). L’Usap, efficace en première période, s’impose grâce à trois essais (S. Taofifenua, Sid et Vahaamahina) et a su résister en fin de match, malgré le carton rouge pour Léo (65e). Les Toulousains, remaniés, n’ont pas réussi à en profiter. Le Stade Français s’est imposé avec la manière à Bath (36-20). Les Parisiens n’ont pas hésité à envoyer du jeu, même depuis leur camp. L’ailier fidjien du club de la capitale, Waisea Nayacalevu, a été particulièrement actif (2 essais), tout comme l’arrière Hugo Bonneval (2 essais) ou le jeune ouvreur français Jules Plisson. Les joueurs de Bath n’ont pu réagir que par des pénalités.

Par Jérémy Becam

jeremybecam@theyoungreport.fr

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Jérémy Pastor

View all post →