0

Game of Thrones : la partie ne fait que commencer

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

La série phare adaptée des livres de Georges Martin fait déjà un carton aux Etats-Unis et dans l’Hexagone. La saison 3 débarque lundi sur le petit écran et s’annonce épique. Focus sur les ingrédients d’un chef d’oeuvre.
C’est la meilleure série du moment : Game of Thrones. Une production HBO, la seule chaîne américaine de cinéma basée sur les revenus de ses abonnements, mondialement reconnue pour ses créations originales. Après avoir subi pendant une décennie la concurrence de AMC ou Showtime, le précurseur des séries à succès a trouvé là sa nouvelle pépite : près de 10 millions de fans ont suivi le final de la saison 2 en juin dernier -un score monstrueux encore loin derrière le record des 13,4 millions de téléspectateurs rassemblés pour le début de la saison 4 des Sopranos en 2002.

JonSnow

Ce carton, HBO le doit à un homme, Georges R.R. Martin. Avant d’être adapté sur le petit écran, Le Trône de Fer est une série de romans (le sixième est prévu pour 2014) orchestré par la plume de Martin. Bonne nouvelle, l’auteur aussi co-producteur et co-scénariste de la série, garde un oeil averti sur la transposition de l’histoire des livres à l’écran. A l’époque médiévale, le récit se déroule à Westeros ; un continent imaginaire secoué par les rivalités, les trahisons, les meurtres et les guerres entre clans rivaux. Pour Robb Stark, Tywin Lannister, Daenerys Targaryen, Joffrey, Renly ou Stannis Baratheon, une seule quête : le Trône de Fer, symbole absolu du pouvoir.

joffrey1-460x307

Mais le royaume des Sept Couronnes n’est pas seulement un échiquier politique ; l’amour, le sexe, l’ambition militaire, la rancune et la haine sont aussi de la partie. Le décor planté, rajoutez-y ensuite une touche de dragons et de morts-vivants, et vous voilà dedans. Partisan du courageux Robb. Touché par le charme de Jon. Sensible à l’humour du lutin Tyrion. Irrité par la condescendance de King Joffrey. Exaspéré par l’arrogance de Jaime. Bref, comblé par ces intrigues diverses mais bien ficelées, complexes mais captivantes.

Vous plongez dans une saga qui mêle les complots politiques des Rois Maudits, les stratégies militaires de Rome, les coups bas de Borgia et l’univers fantastique du Seigneur des anneaux. Le tout entremêlé du cocktail habituel : quelques romances et des histoires de cul croustillantes.

Si les deux premières saisons s’articulaient autour de la lutte Stark-Lannister, nord-sud, gentils-méchants, les cartes sont complètement redistribuées à l’aube de la saison 3 (première moitié du troisième livre). La mystérieuse «femme rouge» Mélisandre pourrait permettre à Stannis Baratheon de tirer son épingle du jeu. Daenerys, «mère des dragons», est aussi en position de force.

Mais une effrayante menace pèse sur le royaume des Sept Couronnes tout entier. Les légendaires «marcheurs blancs» sont de retour, en route vers le Mur. Et le Trône de fer apparaît plus que jamais vulnérable Alors installez-vous confortablement dans le canapé, sortez les pop corn : Winter is coming !

game-of-thrones-walkers-Valar-Morghulis

 Par Florian Lefèvre

 florianlefevre@theyoungreport.fr

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Jérémy Pastor

View all post →