0

Démission de Benoît XVI : Non habemus papam

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

Benoit XVICela n’était pas arrivé depuis  600 ans. A la stupeur générale, le pape Benoît XVI avait annoncé sa démission, le 11 février dernier. Un choix justifié par une « incapacité » à bien administrer le ministère qui lui a été confié. A la veille de sa démission historique, le 265e pape de l’Eglise Catholique a fait sa dernière apparition, mercredi 27 février.

« Beneditto, Beneditto ! » scandaient les quelques 150 000 fidèles venus des cinq continents, colorant la place Saint Pierre de Rome de banderoles et de drapeaux. Emu, le pape a parcouru la foule dans sa légendaire papamobile, bénissant ces catholiques qui le remerciait dans toutes les langues, à gorge déployée. Lors de sa 348e et dernière audience générale, Benoît XVI a adressé un message de confiance et d’espoir aux chrétiens du monde entier, garantissant que «Dieu ne laisse pas couler sa barque».

Le Vicaire du Christ a également écrit son dernier tweet avant la cloturation de son compte, qui restera fermé jusqu’à l’élection du prochain pape. « Je voudrais que chacun éprouve la joie d’être chrétien, d’être aimé de Dieu qui a donné son fils pour nous ! »

La maison de Saint Pierre fragilisée

A l’approche de ses 86 ans, Benoît XVI a évoqué son état physique et ses forces affaiblies, cette charge nécessitant une « vigueur du corps et de l’esprit ». Le Vatican affirme que le pape n’est sujet à aucune maladie qui aurait pu entraîner sa démission. Pour de nombreuses personnes, le scandale du Vatileaks aurait précipité la chute du successeur de Jean Paul II. En mai 2012, des documents confidentiels auraient été révélés au public, dévoilant un vaste réseau de corruption dans le Vatican.

Un autre scandale, dénoncé très récemment, concernerait la présence d’un lobby gay au Vatican. Ses membres seraient les victimes du chantage de laïcs, rencontrés lors de soirées mondaines.  Le chef de l’Eglise catholique d’Ecosse, le cardinal O’Brien a brusquement démissionné. Ce dernier était accusé d’avoir eu des comportements indécents. Il était le seul Britannique à pouvoir siéger au conclave et voter pour le légataire de Benoît XVI.

Quel successeur pour le Saint Père ?

La succession de Benoît XVI s’organisera en mars prochain, à une date encore inconnue. Le porte- parole du Saint-Siège a néanmoins déclaré que le prochain pape sera désigné pour Pâques. 118 cardinaux électeurs se barricaderont dans la Maison Saint-Marthe pour choisir le futur évêque de Rome. Selon la constitution apostolique, le prochain pape devra obtenir plus de 2/3 des suffrages exprimés pour être élu. Au terme de chaque débat seront communiqués les résultats par signaux de fumée : noir, le vote doit recommencer, blanc, la foule pourra scander « habemus papam ».

La possibilité d’un pape non européen est de plus en plus évoquée, ce serait alors une grande première dans l’histoire de l’Eglise. Parmi les favoris figurent l’Argentin Leonardo Sandri, le Nigérian Francis Arinze, le Ghanéen Peter Turkson, le Philippin Louis Antonio Tagle et le Canadien Marc Ouellet. Si Bernadette Chirac tient absolument à avoir un pape venu d’Afrique ou d’Amérique du Sud, les cardinaux français, eux, ne choisiront pas le futur pape pour son « look ». De plus, les cardinaux italiens restent en surnombre avec 28 électeurs.

Les 90 cardinaux qui avaient été ordonnés par Benoît XVI tout au long de son pontificat embrassent davantage la fonction intellectuelle et spirituelle du clergé, c’est pourquoi le prochain pape risque de suivre la même ligne politique que son prédécesseur.

La fin d’un pontificat théologique

Elu en avril 2005 à la suite du décès du pape Jean Paul II, le cardinal allemand Joseph Ratzinger avait alors pris le nom de Benoît XVI. Si le pontificat du pape Jean Paul II a été qualifié de plus libéral, voyageant tel un globe-trotter aux quatre coins du monde, la direction de Benoît XVI, jugée plus intellectuelle et conservatrice, est restée dans l’ordre traditionnel des choses.

Le jeudi 28 février, à 20h, Benoît XVI redeviendra Joseph Ratzinger. Affublé du titre « Sa Sainteté Benoît XVI, pape émérite ou Sa Sainteté Benoît XVI, pontife romain émérite » il quittera définitivement le Vatican, sans cérémonie, mettant un terme à un pontificat de près de 8 ans. Il retourne dans sa résidence d’été de Castel Gandolfo, puis s’installera dans un monastère, sur la colline du Vatican, consacrant la fin de sa vie à la prière.

Par Jérôme Wysocki

jeromewysocki@theyoungreport.fr

 

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Jérémy Pastor

View all post →