0

1789 : le trône d’Espagne dans la tourmente

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

La famille royale espagnole commence l’année  2014 en fanfare. L ‘infante Cristina, deuxième fille du roi, Juan Carlos, est inculpée pour blanchiment d’argent. La dynastie Borbon devient la cible des critiques les plus cinglantes. Un évènement dont elle se serait bien passé.

 Il ne fait pas bon vivre pour la couronne d’Espagne. Inaki Urdangarin, le gendre du roi est accusé de détournement de fond public à hauteur de 16 millions d’euros. Sa femme, l’infante Cristina est également ciblée par le juge José Castro. De 2002 à 2012, elle aurait profité de fonds illicites engendrés par les activités frauduleuses de son mari.Le roi, Juan Carlos aurait également utilisé l’argent public à des fins de rénovations.

Dans un pays où la croissance et le chômage sont en berne, les déboires de la famille royale font taches. Pour le gouvernement, le linge sale se lave en famille. Le PS et le parti populaire ont préféré ne pas s’aventurer dans les comptes royaux. Et pour cause, Juan Carlos entretient de très bons rapports avec les puissantes familles du Golfe. Entre autre, la dynastie Borbon reste un solide gage de fidélité auprès des investisseurs étrangers.

La population, elle, l’a plutôt mauvaise. Des manifestants républicains et radicaux ont été organisées   pour dénoncer les malversations des membres de la famille royale. Pour la plupart des espagnols, le palais de Zarzuéla a perdu son prestige et ne symbolise plus grand-chose. La popularité de la couronne obtient un score de 3 sur 10 selon le baromètre du Centre d’enquête sociologique. Une histoire qui ressemble de près à celle du dernier roi de France…

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Clemence Pouletty

View all post →