0

World War Z le livre : une version orale de la guerre contre les zombies !

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

World-War-Z-banniere-700x384Alors que le film World War Z sort dans les salles obscures ce mercredi avec en tête d’affiche Brad Pitt, il ne faut pas oublier que cette histoire d’apocalypse « zombiesque » est tiré du roman éponyme de Max Brooks, également au casting pour l’écriture du scénario.

World War Z est UN des best-sellers dans le domaine de la littérature « zombie ». Publié en 2006, le livre de Max Brooks  a déjà séduit des millions de lecteurs à travers le monde grâce à un style oral poussé à son paroxysme. Dans le livre, d’après les interviews réalisés par  l’auteur d’un rapport sur la guerre des Zombies, guerre qui a ravagé la Terre il y a  dix ans. C’est avec ce point de vue originale que Brooks nous fait pleinement vivre cette horreur. Car la force du récit réside avant tout dans une organisation qui nous montre une évolution : de la découverte des premiers symptômes à la guerre totale engagée par les vivants en passant par la Grande Panique.

brooks_world_war_z

Des témoignages terriblement sincères

Si  l’auteur (le personnage) fait ce livre, c’est parce que le l’ONU a refusé un rapport rempli de pathos. Ses supérieurs voulaient des faits, uniquement des chiffres, des cartes et des graphiques… Or pour cet enquêteur de l’ONU dont l’on ne connait pas le nom, le facteur humain est primordial dans la compréhension de cette catastrophe. Ce livre nous fait ainsi voyager dans le monde entier. De la Chine, lors de l’apparition des premiers cas, jusqu’aux Etats-Unis pour la guerre totale en passant par la cellule de quarantaine volontaire israélienne et les fonds des océans qui plusieurs années après la guerre encore remplies de Z qui résistent aux conditions les plus extrêmes.  Tous les acteurs de la guerre contre Zack sont passé au crible. Ils dépeignent les failles du systèmes, en d’autres termes : la géopolitique mondiale, qui est responsable de la propagation du virus. Les situations de la Russie, le Japon, la Chine, mais aussi la France sont décrites par des témoins marqués au fer rouge. Le plus intéressant revient à l’Afrique du Sud, d’où la solution pour limiter la casse provient.

Une fresque saisissante de notre monde

Bien que la guerre contre les Zombies, les goules ou encore Zack est omniprésente, c’est avant tout le côté humain qui est mis en lumière : situations géopolitiques, les différences sociales, les facettes de notre société. L’ensemble de ces éléments nous démontrent que la pandémie aurait pu être évitée si ces griefs et ces tensions avaient été mise de côté. Autre point intéressant parfaitement mis en perspective par ce livre : les marques laissées par le conflit.

Max Brooks

Max Brooks

Et l’on voit à ce moment que le facteur humain tient une part essentielle pour expliquer la Grande Panique, mais aussi les problèmes psychologique (jamais le taux de suicides n’a été aussi élevé), les morts qui meurent à cause du désespoir ou encore les rescapés qui ne peuvent pas réintégrer la civilisation, restés trop longtemps en territoire ennemi.

Puis il y a le cas terriblement flippant des humains en parfaite  santé qui se laissent pourrir pour ressembler aux zombies.

Terrible mise en abîme des failles de notre société, il ne manque plus qu’à attendre le film de Marc Forster pour juger l’adaptation réalisée autour de Brad Pitt. Ne vous inquiétez pas, on ne dira pas : « ouais c’était pas mal, mais le bouquin était vachement mieux ! ».

En attendant voici la bande annonce du film :

Par Jérémy Pastor
jeremypastor@theyoungreport.fr

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Jérémy Pastor

View all post →