0

Université : François Hollande veut tout réformer !

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

Le 8 septembre dernier, la StraNes, le comité pour la Stratégie Nationale de l’enseignement supérieur a remis son rapport à François Hollande. Objectif : réformer l’université sur la sélection des étudiants, l’intervention du privé, ou encore le coût des droits de scolarité. Plus de détails.

40 propositions pour réformer d’ici 10 ans l’université ! Tel est le parti pris par le comité de la Stratégie Nationale pour l’enseignement supérieur (StraNes), lequel a remis le 8 septembre dernier un rapport à François Hollande.

Dirigé par Sophie Béjean, ancienne présidente de l’université de Bourgogne et Bertrand Monthubert de Toulouse III, le comité aborde tous les sujets délicats de manière plus que consensuelle en abordant pas le sujet de la sélection des élèves à l’université.

L’enseignement supérieur pour tous

La StraNes a décidé de fixer des « objectifs mobilisateurs » pour le supérieur en souhaitant que 60% des élèves d’une classe d’âge soit diplômés de l’enseignement supérieur d’ici 2025 contre 44% actuellement. L’objectif vise par ailleurs à renforcer la mixité sociale en réduisant l’écart entre le nombre d’élèves enfants d’ouvrier diplômés (28%) et ceux enfants de cadres (65%). Un objectif ambitieux, mais les auteurs du rapport se réfère au fameux 80% d’une classe d’âge détenteurs du baccalauréat fixé par François Mitterrand. Pour cela, la moitié des étudiants pourront bénéficier d’une bourse contre un tiers aujourd’hui.

Et pour cela, il va falloir des moyens. Alors que le ministère des Finances a retiré 100 millions d’euros de la trésorerie de plusieurs facultés, les auteurs du rapport estiment qu’il va falloir investir significativement dans l’enseignement supérieur pour atteindre les objectifs fixés. Selon, il va falloir que le budget de l’enseignement supérieur soit porté à 2% du produit intérieur brut (PIB) contre 1,5% actuellement. Cette augmentation est calquée sur les pays scandinaves, tandis que la moyenne européenne se porte à 1,4% du PIB. Néanmoins, le rapport exclue toute hausse des frais de scolarité, en faveur des syndicats étudiants mais grand dam de la Cour des comptes. Cette dernière déplorait que les universités n’ont toujours pas réussies à porter leur budget à l’équilibre depuis la loi de 2008.

La formation continue promue !

D’ici à 2025, la formation continue –c’est-à-dire tout au long de la vie- devra être encadrée par 20% des employés du supérieur contre 12.5% actuellement. L’objectif est simple : porter à 20.000 le nombre de Validation des Acquis de l’Expérience (VAE). 1.2 milliard d’euros y seraient consacrés à l’aide du quart des fonds de la formation continue. Soit trois fois plus que cette année.

Le tabou de la sélection

Face à une compétition entre les universités, l’effet bascule provoqué par les refus des écoles vers la fac, et le manque de places, le StraNes souhaite renforcer l’orientation Post-bac et surtout la coopération entre les différends acteurs du supérieurs tant qu’à en arriver à une orientation forcée pour certains. Cette dernière garantissant tout de même le diplôme de l’intéressé à la clé. Ainsi le rapport indique que « tout bachelier doit avoir accès à une filière de l’enseignement supérieur adaptée à son cursus et à son ambition », néanmoins ce droit ne sera « pas automatique ».

L’idée de cycle renforcée en master

La sélection, très importante pratiquée en master entre la première et deuxième année doit être supprimée, selon les préconisations du rapport. Objectif : réintroduire l’idée de cycle et renforcer l’orientation des étudiants.

L’embauche des docteurs favorisée

Afin de faciliter l’embauche des étudiants détenteurs de doctorats, souvent considérés trop qualifiés donc trop chers, la StraNes propose l’instauration d’un bonus-malus auprès des entreprises.

Les parcours à l’étranger mis en avant

Concernant l’ouverture vers l’étranger, la StraNes prévoit un plan d’action qui obligerait la validation d’une langue à la fin d’un master. Le comité a par ailleurs pour objectif de doubler le nombre d’étudiants partis à l’étranger au moins deux mois contre 25% actuellement. Des bourses dédiées aux étudiants défavorisées doivent par ailleurs être créées pour qu’ils soient plus nombreux à partir étudier hors du pays.

Si le texte fourni par la StraNes se veut consensuel, les objectifs fixés ne sont pas simples à atteindre. Les 40 propositions devraient normalement être toutes acceptées prochainement par François Hollande. Certaines d’entres devraient être mises en application dès cette année.

JP

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Jérémy Pastor

View all post →