0

Pierre Rondeau : « Le fair-play financier est un frein pour le foot français »

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

Le PSG a vu ce mercredi ses sanctions du fair-play financier levées par l’UEFA. Néanmoins, le club de la capitale ne pourra pas dépenser sans compter sur le marché des transferts justement à cause de certaines particularités du fair-play financier. Autre gendarme économique, la DNCG est au centre des débats avec les relégations de Troyes et Bastia. Pierre Rondeau spécialiste dans l’économie du football va nous expliquer ces deux grands thèmes.

Pierre Rondeau analyse la situation des clubs Français (©CCPierre Rondeau)

Pierre Rondeau analyse la situation des clubs Français (©CCPierre Rondeau)

Le fair-play financier est-il un frein pour le football français ?
« Le fair-play financier interdit à tous clubs de dépenser d’argent plus qu’ils ne gagnent. Il ne prend en compte que la balance entre les recettes et le déficit de l’année. Le fair-play financier est un frein pour le football Français en ce sens où les plus grands clubs européens comme le Real Madrid, le FC Barcelone, Manchester United et le Bayern Munich, ont entre autre, par le passé dépenser des millions d’euros pour être aujourd’hui des véritables marques mondiales qui engrangent des sommes colossales. Tandis que les clubs Tricolores ne l’ont pas fait et en paient aujourd’hui les pots cassés puisqu’ils ne peuvent pas dépenser à foison comme l’ont fait des années auparavant ces grands clubs européens. »

Le fair-play financier accroit-il le fossé entre les grands et les petits clubs ?
 » Evidemment le fair-play financier est fait d’une manière où tous les clubs européens sont logés à la même enseigne. Sauf que les règles notamment en ce qui concernent la fiscalité et les droits TV sont différentes d’un pays à un autre. Et pour garantir une forme d’équité il faudrait que ces particularités disparaissent. Or, en Espagne les droits TV sont privatisés et où chaque club négociait avec le diffuseur. C’est comme si le PSG allait directement négocier avec Canal + ou Bein Sport pour la diffusion de leurs matchs. Et avec ce système là, le Real Madrid et le FC Barcelone engrangent 150 Millions d’Euros contre seulement 15/20 Millions pour les autres clubs de Liga. En Angleterre, les droits TV sont tellement élevés (2 Milliards d’Euros par an et bientôt 7 Milliards d’Euros par an) que le dernier de Premier League gagne 75 Millions d’Euros tandis que le PSG, champion de France, ne reçoit que 45 Millions d’Euros en droits TV. »

Les sanctions levées à l’encontre du PSG changeront-elles le mercato parisien ?
« Alors là j’ai entendu tout et n’importe quoi de la part des médias comme quoi le PSG va pouvoir acheter sans compter des joueurs comme Di Maria, Paul Pogba et Cristiano Ronaldo entre autres. Or jusqu’à présent comme Manchester City, le PSG était limité à 60 Millions d’Euros sur le marché des transferts. Désormais, le PSG pourra dépenser sur le mercato ce qu’il a engrangé sur l’année en cours donc si le PSG a gagné 100 Millions d’Euros cette année il ne pourra dépenser que 100/105 Millions d’Euros sur le marché des transferts. Et contrairement aux grands clubs européens, le PSG ne bénéficie pas de la même image que le Real Madrid, le FC Barcelone, le Bayern Munich ou Manchester United et par conséquent des mêmes recettes à réinvestir en transferts de joueurs. Donc ça va un peu modifier la donne du PSG mais pas fondamentalement non plus. »

La DNCG doit-elle assouplir ses règles ? Joue-t-elle un rôle dans les piètres performances Françaises en coupe d’Europe ?
« Pourquoi pas, mais le risque en cas d’assouplissement des règles de la DNCG serait de voir des clubs s’endetter et risquer de ne pas pouvoir payer ses joueurs. Imaginez qu’au mois de mars les joueurs à Bastia ne soient plus payés et oblige le club à renoncer à la fin du championnat cela pourrait être catastrophique pour la Ligue 1. Mais grâce à la DNCG, la dette Française est minime comparée à la dette Espagnole qui s’élève à 1,6 Milliard d’Euros. On ne peut pas lier la logique sportive et la logique économique dans un sens où certains clubs réussissent sur le plan sportif mais en ayant dépenser à foison et du coup accumulent des dettes qui pourraient à terme menacer ces clubs de faillite. En revanche, je ne pense pas que la DNCG soit responsable des résultats piteux des clubs Français sur la scène européenne mais la fiscalité ne les aident pas. C’est plus une tendance culturelle qui explique ces résultats où la France n’est pas un pays de football comme peuvent l’être l’Angleterre, l’Allemagne , l’Espagne ou l’Italie. »

A un moins d’un an de l’Euro 2016 en France, pensez-vous que les clubs Français grâce aux nouveaux stades plus modernes et plus grands les aideront à rebondir sur la scène européenne ?
« Le principal problème de tous les clubs Français concerne le fait que ce sont les municipalités qui sont propriétaires des stades et non les clubs. Par conséquent, les revenus de billetterie se répartissent entre les clubs et les mairies tandis qu’en Europe les grands clubs sont propriétaires de leurs stades et appliquent comme bon leur semble les prix des places. Une liberté des prix qui leur permet de gagner un maximum d’argent et c’est ce modèle là que Lyon va instaurer dans son nouveau stade pour générer un maximum de profit. Il faudrait que tous les clubs Tricolores adoptent ce modèle pour être plus compétitifs sur la scène européenne. »

Alexandre Gozzi

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Clemence Pouletty

View all post →