1

Petit Prince sans rides

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

Petit prince couverture

Avril 1943. Antoine de Saint-Exupéry publie Le Petit Prince, qui depuis exactement soixante-dix ans, s’est écoulé à plus de 145 millions d’exemplaires. Une histoire qui continue de fasciner et demeure le livre français le plus vendu au monde. Succès planétaire ? Non, interplanétaire.

« On ne voit bien qu’avec le coeur. Le reste est invisible pour les yeux »

Il n’y a pas d’âge pour savourer Le Petit Prince. Lisez-le enfant et vous vous mettrez tout naturellement dans la peau du petit héros ; à l’inverse, si vous y plongez à un âge plus adulte, vous vous sentirez beaucoup plus proche du personnage de Saint-Exupéry. Alors vous vous prendrez conscience que votre enfance a foutu le camp, et que le sérieux a pris le dessus sur l’innocence et la simplicité passées. Comme le rappelle le narrateur enfant, exaspéré par ces adultes qui voient un chapeau à la place d’un boa fermé, « les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et c’est fatigant, pour les enfants, de toujours et toujours leur donner des explications. »

En retraçant le voyage du Petit Prince, cela saute aux yeux : en l’espace de soixante-dix ans, la société dépeinte n’a pas pris une ride. Le roi qui ne sait que donner des ordres, le vaniteux, l’ivrogne, le businessman qui a comme seul intérêt de chiffrer tout et n’importe quoi, un allumeur qui suit une consigne qu’il ne cherche pas à comprendre, un géographe sans explorateur… Sans oublier le paresseux qui a laissé sa planète exploser en négligeant trois baobabs, et le chasseur de la planète Terre qui préfère tirer sur le renard plutôt que de l’apprivoiser pour en faire son ami.

Petit prince photo inter

La liste aurait sûrement pu être plus longue, mais ce n’est pas dénoncer le dysfonctionnement d’une société de grandes personnes qui importe, puisque le Petit Prince se contente de les trouver « curieux ». Voir des moutons à travers les boites, les fleurs, les étoiles, l’amitié sont les sujets qui valent vraiment la peine.

« Si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre, tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde »

Au moins l’instant d’un livre, sinon plus, quittez la pollution pour respirer l’air pur du Sahara, loin de tout scandale politique, de crise, et des grandes personnes qui vous paraîtront après coup ô combien ennuyeuses ; la sentence est sans appel, ça fait du bien. Mais peut-être que pour s’éloigner de tous ces problèmes, il faut habiter une planète aussi grande que soi, telle la B 612 du Petit Prince, où il suffit de tirer sa chaise pour admirer un coucher de soleil infini !

Depuis soixante-dix ans, et après que le « p’tit loubard aux cheveux blonds » a survécu à sa mauvaise rencontre avec le Gérard Lambert que chante Renaud (1980), il est vrai que toutes sortes d’adaptations théâtrales, audiovisuelles, ou cinématographiques, de critiques et d’analyses du Petit Prince ont vu le jour, mais la seule qui résonne justement est celle que l’on s’en fait soi-même.

Le 31 juillet 2014, dans un environ un an, nous fêterons le soixante-dixième anniversaire de la disparition d’Antoine de Saint-Exupéry, qui s’est probablement écrasé en mer, abattu par un tireur allemand. Sauf que cette fois-ci il n’y eut pas de drôle de petite voix pour lui demander : « s’il vous plaît… dessine-moi un mouton ! » Enfin, qui sait ?

Si vous n’avez pas encore fait la connaissance du Petit Prince ou si vous désirez le retrouver, n’hésitez pas, vous avez même le choix entre deux cent soixante-dix langues et dialectes dans lesquels le chef-d’oeuvre a été traduit. Mais n’oubliez-pas,

« S’il vous arrive de passer par là, je vous en supplie, ne vous pressez pas, attendez un peu juste sous l’étoile ! Si alors un enfant vient à vous, s’il rit, s’il a des cheveux d’or, s’il ne répond pas quand on l’interroge, vous devinerez bien qui il est. Alors soyez gentils ! Ne me laissez pas tellement triste : écrivez-moi vite qu’il est revenu… »

Par Théo Duchaussoy
theoduchaussoy@theyoungreport.fr

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Jérémy Pastor

View all post →

1 Comment

  1. Bonjour !

    L’aquarelle du petit prince(la première image sur la page)est très belle, connaissez vous l’auteur ? est elle libre de droit ?
    Merci

    0