0

Arnaud Montebourg lance son « plan de résistance économique » !

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

Montebourg_Toulouse_2012

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a présenté ce mercredi, à l’occasion du conseil des ministres, un « plan de résistance économique ». Ce plan est un investissement de 380 millions d’euros à partir du Fond de Développement économiques et social (FDES) afin de sauvegarder 20.000 emplois dans le secteur de l’industrie.

Un « plan de résistance économique » ! C’est ce qu’a présenté Arnaud Montebourg au conseil des ministres mercredi afin de permettre le maintient de au moins 20.000 emplois dans le secteur de l’industrie. Ce plan consiste à investir 380 millions d’euros dans des entreprises de plus de 400 salariés afin d’éviter des fermetures de sites ou des plans sociaux dus à des délocalisations.

On prend l’ancien et on recommence

Si le ministre aime porter ses projets de manière pompeuse, ce plan n’est rien d’autre qu’un investissement de 380 millions d’euros en plus à partir du Fond de Développement Economique et Social (FDES) créé en 1948…  Le ministre, à travers ce plan d’investissement, compte éviter de nouvelles déconvenues, comme le fut le dossier Mittal de Florange, avec l’idée clinquante de nationaliser le site. A la clé, pas moins de 20.000 emplois sauvés pour des entreprises telles que le fabricant d’électroménager FagorBrandt, Kem One (filiale du groupe chimique Arkema), le leader mondial des arts de la table Arc International ou encore le transporteur Mory Ducros.

1-BAP_1889

©QuentinBenmahdi

L’opération « rustine » continue pour le gouvernement qui semble n’avoir pas encore trouvé de solution pour les 3.129 millions de chômeurs que compte le pays. C’est d’ailleurs l’enjeu majeur du quinquennat de François Hollande, qui doit établir une toute nouvelle politique de l’emploi, à plus forte raison, après l’échec des contrats de générations, annoncé deux semaines plus tôt par le ministre du Travail, Michel Sapin. Le problème reste entier, et commence à être pesant à mesure que la pression fiscale s’accroit (Les bonnets rouges de Bretagne contre l’écotaxe ; Le collectif des Sacrifiés pour les artisans contre la TVA à 10%).

La rue risque de continuer à gronder.

Par Jérémy Pastor

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Jérémy Pastor

View all post →