0

Les clubs français en Europe : quel avenir?

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

Le LOSC affronte ce mercredi 30 juillet le Grasshopper Zurich en troisième tour préliminaire de Ligue des Champions. Une saison qui commence à la fin du mois de juillet est aujourd’hui la récompense de l’équipe qui atteint la troisième marche du podium de Ligue 1. Le classement des ligues européennes, déterminé par l’UEFA, permet d’éclairer l’organisation de ce calendrier.

Depuis la saison dernière, le troisième de Ligue 1 doit passer avec succès deux tours préliminaires pour accéder à la phase de poules de la plus prestigieuse compétition européenne de football, la Ligue des Champions. Le mode d’accession aux compétitions européennes est régi par l’indice UEFA qui permet d’établir un classement des ligues européennes. La France pointe actuellement à la sixième place du classement mais elle peut espérer une amélioration de son indice grâce au Paris Saint-Germain et à l’AS Monaco notamment.

• Lire aussi : Football : quels sont les critères qui fixent les prix des joueurs ?

Lille, Lyon et Saint-Etienne : une qualification à assurer !

Afin d’accéder respectivement aux phases de poule de la Ligue des Champions et de la Ligue Europa, Lille et Lyon doivent passer avec succès deux tours préliminaires de qualification. Pour sa part, Saint-Etienne aura besoin de se qualifier en barrages pour accéder à la phase de poules de la Ligue Europa.

Ces tours préliminaires interviennent tôt dans la saison et tronquent la préparation, en plus du marché des transferts et des retours tardifs suite à la Coupe du Monde. Cependant, il est difficile d’avancer cette justification car les clubs français, bénéficiant auparavant d’un nombre inférieur de tours préliminaires, payent leurs mauvais résultats des dernières années (éliminations de Saint-Etienne et de l’OGC Nice en barrages de la Ligue Europa la saison dernière, campagnes désastreuses de l’OM en 2013-2014 et du LOSC en 2012-2013 en Ligue des Champions).

L’indice UEFA sanctionne les performances françaises

L’indice UEFA permet de classer les ligues de football européennes en fonction de leurs performances dans les compétitions européennes. Les récents résultats du football français sur la scène européenne sont donc les seuls responsables de ces innombrables tours préliminaires qui concernent les clubs de l’Hexagone cet été. En effet, le classement UEFA utilise une moyenne pondérée de l’indice UEFA sur les cinq dernières saisons.

Des points sont attribués aux équipes lors des victoires, des matchs nuls et également lorsqu’un tour est passé (de la phase de groupes aux huitièmes de finale par exemple). Il y a deux ans, le Portugal est passé devant la France, rétrogradée au sixième rang du classement. Les performances régulières des clubs comme le Benfica Lisbonne, le FC Porto et le Sporting Portugal ont permis à la ligue portugaise d’améliorer son indice UEFA.

Des motifs d’espoir à moyen terme

Le folklore du football français est un problème au niveau européen. La victoire surprise, le nul inespéré et une campagne héroïque en Coupe de France font du football le sport populaire qu’il est aujourd’hui. Mais avec les médiocres performances européennes des champions comme Montpellier, des vainqueurs de la Coupe de France comme Guingamp ou des surprises qui ne confirment pas comme l’OGC Nice version 2013, la France recule au classement UEFA.

Néanmoins, l’espoir n’est pas vain et la tendance pourrait changer. Le Paris Saint-Germain et l’AS Monaco promettent de belles performances en Ligue des Champions. Concernant la Ligue Europa, l’Olympique Lyonnais est régulier en Europe depuis plusieurs années, l’OM, avec Bielsa, se donne les moyens de revenir sur la scène européenne et le LOSC se qualifie régulièrement depuis quelques années pour les compétitions européennes. Ainsi, si le trio Espagne, Angleterre et Allemagne est très loin devant, la France peut envisager d’accrocher le duo qui la précède, composé du Portugal et de l’Italie.

Florian Perrier

 

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Clemence Pouletty

View all post →