0

Le point sur la situation des chrétiens en Irak

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

A l’heure où le conflit israélo-palestinien attire, non sans raison, l’attention du monde entier, une autre situation désastreuse est passée totalement sous silence. Ou presque. Elle mérite pourtant d’être mise en avant. Il s’agit de la situation des chrétiens d’Irak, et plus globalement, des chrétiens au Moyen-Orient.

Chassés de Mossoul (nord de l’Irak) par les miliciens de l’Etat islamique (EI), anciennement Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), depuis samedi dernier, les chrétiens d’Irak, à l’instar des autres minorités de la région, se retrouvent dans une situation particulièrement précaire. Pour le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, les actes perpétrés par la force djihadiste sunnite peuvent être considérés comme « un crime contre l’humanité ».

Tombée très rapidement aux mains de Daash (Etat Islamique) en juin dernier, la ville de Mossoul a vu très récemment la majorité de ses habitants chrétiens fuir au nord, dans la région autonome du Kurdistan irakien. Fuir n’est en réalité pas le terme adéquat, ils ont été chassés sous peine de mort.

Effectivement, le départ de cette minorité religieuse a été imposé par Daash. Ces derniers ont appelé les chrétiens la semaine dernière à se convertir à l’Islam, à payer une taxe spéciale ou bien à quitter la ville sous peine d’être exécutés. Pour être sûr que leur volonté soit entendue, les islamistes radicaux ont posé un ultimatum vendredi dernier. Le message, relayé par les hauts-parleurs des mosquées, exhortait les chrétiens à quitter la cité avant samedi-midi. Pourtant, chrétiens et musulmans de diverses confessions cohabitaient dans cette ville depuis deux millénaires.

Quelques jours après la fuite forcée de cette population, les djihadistes de l’EI ont pris possession d’un monastère antique dans le nord de l’Irak (Mar Behnam), chassant les moines qui l’habitait.

Les exactions commises à l’encontre de cette minorité religieuse sont des plus préoccupantes d’autant plus que l’éclatement de l’Irak semble proche. En effet, sans une relative stabilité, les chrétiens sont des cibles faciles.

Quelques chiffres

Ainsi que le rappelle Le Monde, la présence des chrétiens dans cette régions du globe disparaît progressivement depuis plusieurs décennies. Ils étaient un million en 1991 puis 800 000 lors de l’invasion américaine de 2003. Durant les onze ans qui ont suivi, environ mille chrétiens ont été tués et 400 000 ont quitté ce pays qui comprend environ 25 millions d’âmes. Pas moins de 60 églises ont été détruites par les islamistes radicaux.

Concernant le cas précis de Mossoul, ce sont environ 30 000 chrétiens qui ont fuit la ville, a raconté le patriarche chaldéen Louis Sako à l’AFP.

Les chrétiens ont-ils un avenir en Irak ?

A Bagdad, il y a encore des chrétiens. Toutefois, la situation étant tellement instable, on ne saurait dire si cette ville restera longtemps un lieu sûr.

Pour l’heure, c’est peut être la partie kurde de l’Irak qui constitue la meilleure enclave de sécurité. Néanmoins, les Kurdes irakiens ont sauté sur l’occasion de l’insurrection de l’EI pour se rebeller à leur tour et s’emparer de plusieurs villes (notamment Kirkout). Si les djihadistes semblent pour le moment se concentrer vers le sud du pays, rien ne garantit la pérennité de la situation et donc celle des chrétiens qui y ont trouvé refuge.

La présence chrétienne pourrait-elle disparaître du Moyen-Orient ?

De manière plus générale, la situation des chrétiens au Moyen-Orient semble s’être détériorée depuis plusieurs années déjà. C’est le cas notamment en Égypte où les coptes subissent des attaques. Néanmoins, ils sont encore plusieurs millions et l’État n’est pas aussi instable que dans certains pays de la région comme en Syrie où l’avenir des communautés chrétiennes est incertain.

En revanche, l’Arabie Saoudite, à prédominance wahhabite, a vu le christianisme réapparaître et compte aujourd’hui un million et demi de catholiques, explique le directeur de l’Aide à l’Eglise en Détresse au Figaro. On ne peut toutefois pas dire que la religion chrétienne y renaisse de ses cendres puisque ce sont principalement les travailleurs venus d’Asie qui pratiquent cette religion. Fatalement, l’existence d’un foyer chrétien dans cette région disparaîtrait avec leurs retour en Asie.

Sylvain Lacombe

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Clemence Pouletty

View all post →