0

La taxe Tobin refait surface

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

Le projet de l’encadrement de la finance en Europe est de nouveau d’actualité. Elle devrait voir le jour le 1er janvier 2016 à l’aide de la fameuse taxe Tobin sur les transactions financières, mais le lobbying des banques pourrait en avoir raison.

Michael Spindelegger, ministre des finances autrichiennes parle de la taxe Tobin (@Wikipédia)

Michael Spindelegger, ministre des finances autrichiennes parle de la taxe Tobin (@Wikipédia)

En quoi consiste précisément cette taxe Tobin?

La taxe Tobin aussi appelée TTF porte le nom du célèbre économiste américain. Son principe est clair, elle veut lutter contre les actions à court terme des marchés financiers. Originalement portée par la gauche alternative, elle a fait son bonhomme de chemin pour être maintenant soutenue par la gauche et dans certains cas par le centre. Mais pour l’instant seuls les les produits dérivés seraient concernés d’après le ministre des finances autrichien, Michael Spindelegger. « Nous nous sommes mis d’accord sur le fait que cela devait être une approche par étapes, en commençant par les actions et certains dérivés ».

La puissance des banques

Cette taxe donc taxerait à 0,1 % les échanges d’actions et d’obligations et à 0,01% ceux des produits dérivés. Mais ceux-ci pèsent très lourds car ce sont des outils créés à ‘origine pour anticiper les risques des investisseurs. Ils sont de plus en plus prépondérants dans les échanges. Beaucoup d’argent est donc en jeu. Une situation qui explique ce fort lobbying des banques européennes et notamment françaises. BNP Paribas étant le deuxième plus gros acteur du marché européen des dérivés.

Hollande en avait fait son cheval de bataille

Le candidat Hollande en avait gros contre ce système et notamment sur le manque d’encadrement des marchés financiers. La TTF était inscrit en tant que 7ème engagement du candidat socialiste. Pour lui, il s’agissait de taxer l’ensemble des transactions financières y compris donc les dérivés.

Les banques auront elles encore une fois le dernier mot face aux politiques? Tel est l’enjeu de l’adoption ou non de cette taxe Tobin. 

Alexandre Gozzi

 

 

 

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Clemence Pouletty

View all post →