0

La crise en Thaïlande : explications

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

La Thaïlande est dans une situation alarmante après le coup d’Etat qui a secoué le pays hier. TheYoungReport.fr fait le point sur la crise en Thaïlande. Des chemises jaunes aux chemises rouges en passant par l’armée, la Thaïlande attisent toutes les convoitises.

Jatuporn Prompan, chef de fil des chemises rouges (@Wikipédia)

Jatuporn Prompan, chef de fil des chemises rouges (@Wikipédia)

La Thaïlande se réveille aujourd’hui dans un grand désordre, entre un pouvoir qui a changé de mains et des conflits entre les chemises jaunes et les chemises rouges à son paroxysme. Eclaircissements.

Qui sont les chemises jaunes?

Les chemises jaunes sont des conservateurs pro-royalistes appartenant aux clades aisées de la population vivant à Bangkok et au Sud du pays. Ils voulaient le départ de Yingluck Shinawatra, la première ministre élue en 2011 et soeur de Thaksin Shinawatra chef du gouvernement de 2001 à 2006 profondément détestée par les élites.

Et les chemises rouges?

Les chemises rouges représentent l’autre partie du peuple, c’est à dire le nord et nord-est de la Thaïlande. Eux, exigeaient un « conseil du peuple » à la place du gouvernement actuel. Pour faire évoluer rapidement la situation, Jatuporn Prompan (le chef des rouges) avait organisé une manifestations à Bangkok en demandant le respect du fonctionnement démocratique des institutions.

Deux points de vus différents opposent les chemises rouges et jaunes.

Peut-on parler de succès des chemises jaunes avec le coup d’Etat?

A priori, oui. Le coup d’Etat de l’armée est en quelque sorte une victoire pour les chemises jaunes. Effectivement, leurs souhaits a été exaucé avec le départ de Yingluck Shinawatra du pouvoir. Un désordre synonyme de victoire donc pour les chemises jaunes qui souhaitent une clarification de la situation de la part du Roi. Surtout que les pro-Thaksin ne contrôlent plus rien.

L’armée avait-elle prévue le coup d’Etat? 

« L’armée a probablement fait des propositions aux deux camps, avec, éventuellement, la nomination d’un gouvernement neutre. Le gouvernement intérimaire ayant refusé de démissionner, les discussions ont échoué « , déclare Saksith Saiyasombut, journaliste indépendant thaïlandais. Voilà une déclaration qui résume parfaitement la position de l’armée face à la situation du pays. Un passage à l’acte nécessaire tant les négociations des chemises rouges et des chemises jaunes étaient au poids mort.

Le Roi devrait sans doute se mêler à la situation tant elle est difficile. Les prochains jours vont être décisifs pour la Thaïlande. 

Alexandre Gozzi

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Clemence Pouletty

View all post →