0

Journal de bord d’un interrail : épisode #2 Prague !

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print
©Solenn Le Bihan/TheYoungReport.fr

©Solenn Le Bihan/TheYoungReport.fr

A 21 ans, Solenn Le Bihan, étudiante en droit originaire de Villepreux (Yvelines) est partie, cet été, en Interrail avec trois amis à travers toute l’Europe. De Berlin aux plages paradisiaques de la Crête en passant par Budapest, Prague ou encore Athènes, Solenn nous raconte son périple de 3 semaines. Après avoir passé deux jours à Berlin, le groupe arrive en République Tchèque, à Prague, la capitale.

Jour 1 : 8/07

Nous quittons Berlin à 14h44, pour notre premier voyage en train. Nos gros sacs avec lesquels nous fanfaronnions jusqu’ici nous scient les épaules. Le train ressemble à celui d’Harry Potter : un étroit couloir dessert des compartiments de six sièges chacun. On envahit littéralement un compartiment avec tous nos sacs, trop heureux de pouvoir s’installer.

Nous arrivons à Prague à 19h30. Nous nous émerveillons à chaque coin de rue. Le paysage qui s’offre à nous ressemble à un décor de Walt Disney : tout est harmonieux, coloré, mignon, avec des rues piétonnes partout. Nous finissons par trouver notre auberge de jeunesse. Changement par rapport à notre appartement cosy : c’est une chambre avec quatre lits superposés, et deux filles sont déjà là. On commence à se sentir globe-trotteurs dans l’âme : premier voyage en train, première auberge de jeunesse, l’aventure commence vraiment !

D’humeur joyeuse, nous décidons d’aller au restaurant, avec la ferme intention de goûter un plat typique, et de célébrer ce début de voyage prometteur. Nous nous attablons donc à la terrasse d’un restaurant se revendiquant « typiquement tchèque », et dont les plats sont en moyenne à 10 euros. Nous mangeons donc un Goulash, qui pourtant est un plat hongrois à base de bœuf, de paprika et de légumes. Le plat n’a rien d’extraordinaire, l’addition en revanche l’est : 61 euros ! Le serveur nous informe alors que le couvert vaut 7 euros, ainsi que l’eau ! Vexés de nous être fait avoir, nous rentrons à l’auberge où nous découvrons qu’un français a élu domicile dans notre chambre.

Jour 2 : 9/07

Après un réveil matinal à 8h30, afin de profiter du petit déjeuner, nous partons en balade pour la journée. Nous commençons par le magnifique pont Saint Charles, qui passe au-dessus du fleuve. Petit pont en pierre surplombant la Vltava, il offre une magnifique vue sur Prague. Confirmant mon émerveillement de la veille, j’observe que les principales couleurs de cette ville sont le orange, le rouge, le jaune. Des couleurs chatoyantes et chaudes qui rendent la ville accueillante, charmante. Sur ce pont, de multiples artistes peignent, chantent, vendent leurs œuvres. Le décor fait un peu penser à la place des artistes de Montmartre.

Après une petite marche sportive toute en montée, à travers un dédale de petites rues pavées, nous atteignons les hauteurs de la ville, où se dresse un imposant château. Pour 5 euros, après réduction étudiante, nous visitons toute l’enceinte : la basilique, une partie du palais (très vide… !), et les remparts. Ces derniers abritent de minuscules petites pièces de poupée, dans lesquelles vivaient les servants. Le château lui-même n’a donc pas grand intérêt, mais le haut des remparts beaucoup plus. Nous terminons en effet la visite sur les terrasses, où nous attend une vue imprenable sur Prague. Encore ces mêmes couleurs chatoyantes, cette harmonie digne d’un comte pour enfant, ces bâtiments aux formes rondes et bombées tels des palais russes…. Nous restons en contemplation, assis sur le bord des remparts, pendant une heure. Pendant ce temps, la météo oscille entre temps maussade et grosse pluie : nous passons notre temps à mettre nos magnifiques k-way et à les enlever. Agrémentée d’un short et de sandales, ma tenue est au top, et en plus j’ai froid ! Je ne le savais pas encore, mais j’allais bientôt regretter cette fraîcheur.

En descendant à travers les petites rues tchèques, nous en profitons pour goûter la spécialité de tchèque : le trdelnik, une pâte à pain en forme de rouleau, roulée dans le sucre. C’est tellement lourd que nous la finissons avec difficulté.

Après cette journée bien remplie, nous nous contentons d’un verre sur la place de l’Hôtel de Ville. Entièrement pavée, avec une énorme tour munie d’une cloche, ce centre névralgique de la ville est toujours très animé et bondé.

Jour 3 : 10/07

Le réveil est difficile, car situés en plein centre, nous avons entendu du bruit toute la nuit, preuve en est que Prague est bien une ville réputée pour ses soirées !

Nous décidons de grimper sur la colline qui surplombe la ville, d’où l’on aperçoit une grande antenne. Nous partons donc vers les bords du fleuve, où nous découvrons un autre Prague, beaucoup plus citadin : tram, voitures, grands immeubles, adieu le décor d’enchantement du centre-ville ! Nous marchons à travers une véritable forêt, puis arrivons au sommet où nous attend encore une fois un superbe panorama. En redescendant, une fois n’est pas coutume, notre estomac parle pour nous : je jette mon dévolu sur un trdelnik au caramel, que je mange avec les autres sur des petites marches au soleil, au fond d’une ruelle colorée.

De retour sur le pont St Charles, une foule se masse, c’est l’effervescence : dans une des tours du pont, des troubadours en tenue jouent de la trompette. Nous nous retrouvons au cœur d’une ambiance fête au village, avec en toile de fond le château, ses remparts, le fleuve, et cette musique moyenâgeuse entraînante. Toutes ces pierres polies par le temps, ces statues de Lion, ces lampadaires d’un autre temps, contribuent à nous faire voyager dans le temps. Ces couleurs nous dépaysent et nous font nous sentir loin de chez nous, loin de nos bâtiments français imposants et magnifiques. Ici, tout est plus petit, plus mignon, plus coloré.

Après une journée entière de marche, nous nous écroulons de fatigue sur nos lits, et entamons une petite sieste.

Le soir, les troupes se remotivent, et nous décidons de tester la vie nocturne de Prague, le « nouveau Barcelone d’Europe de l’est » nous a-t-on dit. Dans la rue, un français nous donne des bracelets pour entrer gratuitement dans la boîte en face de notre auberge. Vous avez dit gratuit ? Nous rentrons ni une ni deux dans cette boîte, le One bar. Nous faisons rapidement la connaissance d’un Californien, qui se déhanche comme un fou sur la piste de danse. La présentation est plutôt brutale : il me rentre tout simplement dedans, et s’excuse ensuite pendant dix minutes. Sa sœur nous rejoint, et nous passons toute la soirée avec eux, du moins lorsque cette dernière n’est pas en chasse pour trouver un beau tchèque. L’Américain passera sa soirée à rire, à chasser tous les étrangers qui tentent de venir dans notre groupe, à se trémousser et à chanter. En rentrant à 3h30, un débat s’impose : l’Américain était-il gay ? En tous cas, il nous a permis de passer une super bonne soirée, autant par sa bonne humeur que son physique…. !

Jour 4 : 11/07

Levé difficile à 9h30 pour prendre le petit déjeuner. Les étrangers que nous côtoyons dans la salle commune semblent perplexes : descendus en pyjama et les cheveux sales, nous n’avions désormais plus de complexes !

Nous nous baladons le long des quais, et profitons du soleil. Après déjeuner, nous allons faire du pédalo sur la rivière, pour admirer une derrière fois cette ville enchanteresse. Le soleil illumine l’eau qui miroite, et la couleur verte des arbres situés sur une petite île au milieu du fleuve vient parfaire l’atmosphère de féerie qui règne. Nous apprécions le moment, en pédalant en gré de nos envies. Et puisque nous sommes tous bien détendus, nous enchaînons sur une glace que nous mangeons sur la place de l’Hôtel de Ville, où des gens chantent. C’est un vrai concert : une foule de badauds est massée en cercle autour d’un jeune chanteur qui reprend les titres des artistes du moment. Nous restons l’écouter, en admirant l’imposant mais magnifique Hôtel de Ville, assis sur les pavés de cette superbe place.

Solenn Le Bihan

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Jérémy Pastor

View all post →