0

Impôts : ces 2 milliards qui ne passeront pas

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

Après plusieurs années de hausses importantes des impôts et des taxes, François Hollande a annoncé qu’une baisse d’impôts de 2 milliards d’euros sera budgétée pour 2016. Dans une optique purement électorale, le chef de l’Etat va créer un nouveau gouffre qui déséquilibrera un peu plus l’action publique déjà fragile par des économies supplémentaires.

Qu’en sera-t-il ? Une baisse sur les dotations allouées des collectivités territoriales (le budget des mairies et communautés d’agglomération ou de communes) -déjà lourdement abaissées par Bercy ces dernières années- est très envisagée. La piste n’est pourtant pas la meilleure puisque les collectivités territoriales sont les acteurs publics qui investissent le plus dans l’activité… Encore une impasse…

Maintenir le gel du point d’indice qui fixe les salaires des fonctionnaires ? C’est déjà maintenu jusqu’en 2018.  Qui va payer alors ? C’est la question que pose l’exécutif alors que les grandes lignes du budget 2016 –voté en Conseil des ministres ce mercredi-  ont été rendues publiques.

Pourtant les économies sont trouvables ne seraient qu’en faisant des fusions d’agences publiques doublons : plus de 1240 selon l’IFRAP…. Une économie dégagée qui permettrait de financer la moitié de ce rabais fiscal. Et quand est il d’une réforme territoriale qui pourrait dégager en 5 ans 6 milliards d’euros en supprimant les Conseil Généraux : 128.1 millions d’euros de masse salariale pour les élus sans compter l’argent du foncier que représentent les locaux et en regroupant les doublons en une seule entité administrée par la région.

Le budget 2016, comme ses prédécesseurs devraient être moins polémique – en 2015, le Pacte de responsabilité et son coût de 50 milliards, avait été un volet très contesté- mais ne va pas permettre de changer radicalement le financement très fragile du service public. Ce budget est très optimiste puisqu’il table sur une nouvelle baisse du déficit public (le fait que les dépenses soient supérieures aux recettes) et une croissance à 1.5%.

JP

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Jérémy Pastor

View all post →