0

Grèce : Alexis Tsipras gagne son pari

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

Alexis Tsipras a remporté dimanche soir les élections législatives anticipées, en Grèce, malgré les fortes critiques à son encontre. Le Parti du Premier ministre sortant, Syriza s’est imposé avec 35.46% des voix. Un pari réussi pour Alexis Tsipras, qui a été qualifié de traître après l’accord signé sur la dette grecque avec l’Union Européenne.

Et si Alexis Tsipras était là pour durer ? C’est la question qui se pose désormais après les résultats des élections législatives anticipées de dimanche. Et pour cause, la formation du Premier ministre sortant, Syriza, est arrivée en tête des suffrages avec 35.46% des voix.

Une victoire importante pour la suite des réformes

En instabilité politique depuis 2011, et le début de la crise de la dette, la Grèce n’a jamais pu réellement mener le train de réformes nécessaire et demandées par la Troïka (Fond Monétaire International, Union Européenne et Banque Centrale Européenne) pour restructurer la dette grecques et apporter des changements au pays lourdement endetté.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker a félicité Alexis Tsipras tout en rappelant qu’ « il y a beaucoup de travail à faire et pas de temps à perdre ». Car « la Grèce doit désormais mettre en place les réformes dans les temps afin que la confiance revienne tant pour le peuple grec que pour l’économie », a déclaré l’ex-Premier ministre du Luxembourg.

Des réformes tambour battant

Et du travail, il y en a ! Alexis Tsipras va devoir mettre en place le package de réformes élaborés par les experts Français en juin dernier : report de l’âge légal à la retraite à 67 ans, augmentation des cotisations sociales et salariales, augmentation de la fiscalité.

Alexis Tsipras a dès lundi entamé le travail en demandant une aide financière à l’Europe à propos des migrants. En effet, la Grèce est débordée par l’arrivée massive de réfugiés syriens et irakiens depuis la Turquie. Après avoir déjà reçu une aide de 33 millions d’euros début septembre, le ministre sortant de l’Economie, Nicos Christodoulakis calcule les besoins réels de la Grèce pour faire aux réfugiés à 400 millions d’euros.

Parmi les 430.000 réfugiés qui ont traversé la Méditerranée, 309.000 sont passés par la Grèce !

JP

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Jérémy Pastor

View all post →