0

François Fillon présente son programme : compétitivité et finances publiques ! (1/3)

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

Dans son « manifeste pour la France », François Fillon a présenté cette semaine les bases du programme qu’il défendra face Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et Bruno Le Maire pour la primaire de novembre 2016. The Young Report fait le point sur le programme économique et financier de l’ex-Premier ministre.

« Ce manifeste pose les bases du projet de société (…) pour que la France renoue avec son destin et devienne à horizon de dix ans la première puissance en Europe ». L’engagement est clair, l’écriture précise, François Fillon a bel et bien lancé sa campagne pour la conquête de l’Elysée cette semaine en publiant sur son blog un manifeste intitulé « Osons dire, osons faire ! ».

Fillon passe à l’attaque ?
Dans le document de 36 pages, François Fillon dévoile les premières propositions de son programmes sur plusieurs sujets : Education, l’immigration, logement, apprentissage, numérique ou encore l’Europe et les finances publiques. L’ancien Premier ministre est le premier parmi les candidats à présenter son programme, ou du moins une partie seulement. S’adressant aux Français, il annonce également qu’il présentera en 2016 « un projet complet détaillé et chiffré (…) afin que vous ayez le choix que vous méritiez (…) : sur le fond, sur l’action, pas sur les postures ».

Un programme déjà bien avancé
Après avoir peint un portrait morose de la France, François Fillon ne fait pas de quartier dans la première partie de son manifeste. « En travestissant la réalité, en retardant toujours les réformes indispensables, le système politique et médiatique a fui ses responsabilités depuis de trop nombreuses années. » dénonce-t-il tout en rappelant qu’ « il n’y a pas de fatalité au déclin ».

Ainsi François Fillon compte « renouer avec le destin de la France » en travaillant sur 5 axes majeurs. Selon lui, il faut simplifier et libéraliser l’économie et le monde du travail, réorganiser l’action publique, investir pour l’avenir, réunir les Français sous les valeurs de la République mais également faire de la France le nouveau leader européen.

Et pour cela, François Fillon s’est fixé un code qui régente les propositions de son programme. Ces dernières ne doivent pas aggraver la dette française mais surtout être concrètes et avoir un impact dans la vie quotidienne.

Les finances publiques à l’équilibre
En matière de finances publiques, le candidat Fillon prône l’équilibre budgétaire.  Ainsi un budget ne pourra être voté s’il est déficitaire car une règle d’or sera au préalable inscrite dans la constitution. Par ailleurs, l’ensemble des mesures fiscales devront être votée dans les lois de finance et la loi de financement de la sécurité sociale afin qu’il y ait « une vision d’ensemble » de la fiscalité de la part du Gouvernement et des parlementaires. Enfin, l’équilibre budgétaire devra être atteint d’ici à 2022. Selon François Fillon, atteindre cet équilibre permettra d’entamer le remboursement de la dette mais aussi la baisse des prélèvements obligatoires.

Mais à courts termes, François Fillon compte réduire les dépenses publiques de 110 milliards d’euros en 5 ans. L’ancien ministre du travail sous Jacques Chirac compte également réduire les dépenses sociales via le regroupement des prestations sociales en une allocation unique afin de limiter le nombre de démarches administratives et le nombre d’interlocuteurs pour les usagers.

La fonction publique doit être également mise à contribution.  Les trois entités (Etat, territoriale et hospitalière) devraient ainsi passer de 35 heures à 39 heures par semaines afin d’économiser, selon le manifeste, pas moins de 600.000 postes. Certains départs à la retraite ne seront pas remplacés et le de carence en cas d’arrêt maladie sera rétabli « dans un souci d’équité avec le privé ».

Mais la plus grande proposition de François Fillon pour assainir les dépenses publiques est la réforme territoriale qu’il veut mettre en place. La communauté des communes doit fusionner avec les communes, et les départements devront être supprimés au profit de la région en répartissant bien les rôles afin qu’il n’y ait pas de doublons. A termes, l’ex-Premier ministre voudrait même réduire le nombre de parlementaires afin que le nombre restant ait plus de moyens pour représenter le peuple.

De nombreuses normes imposées aux collectivités territoriales doivent être supprimées afin de facilité leurs actions. Les dépenses des collectivités territoriales seront enfin limitées à l’aide d’un plafonnement des impôts locaux.

Eternel débat, François Fillon aborde également la question des retraites : l’âge légal sera de 65 ans, les régimes de retraite seront harmonisés pour qu’il y ait un régime unique entre le privé et le public. François Fillon compte par ailleurs introduire une partie de capitalisation au système des retraites.

François Fillon compte également, sans donner pour autant de détail, la complémentarité entre la médecine libérale et hospitalière.

Cependant, François Fillon est beaucoup plus clair concernant sa politique d’indemnisation chômage. Cette dernière sera plafonnée à 75% et dégressive afin de motiver le retour à l’emploi. Des sanctions seront d’ailleurs créées pour ceux dont la recherche d’un emploi est jugée insuffisante.

La compétitivité à marche forcée ?
François Fillon parle dans son manifeste d’un choc pour améliorer la compétitivité en France. Et cela passe par la suppression des 35 heures hebdomadaires pour le secteur marchand via les accords collectifs qui régissent les entreprises et les branches d’activités. Seuls les secteurs intéressés travailleraient ainsi 39 heures par semaine payées… quasiment 35 ! Mais pour que les entreprises respirent il faut alléger la quantité de charges et d’impôts/ taxes qu’elles payent. Ainsi, le projet compte baisser de 50 milliards d’euros les charges sur les entreprises et les investissements mais aussi en supprimant 15 milliards d’euros de taxes qui pèse sur la masse salariale (versement transport, taxe VTC, contribution apprentissage, FNAL …).

L’impôt sur les sociétés serait réduit, l’ISF supprimé tout comme l’encadrement des loyers.

Et ces mesures seront les mêmes pendant 5 ans assure François Fillon qui souhaite instaurer une stabilité fiscale.

Quant au marché du travail, celui sera en cas de victoire recentré sur les normes sociales et fondamentales mais surtout clarifié notamment sur les articles concernant le licenciement. CDD (Contrat à durée déterminée) et CDI (Contrat à durée indéterminée) seront supprimés pour laisser place à un contrat unique plus souple dont les droits augmenteraient au fur et mesure de l’ancienneté du salarié. Les seuils sociaux, considérés comme des freins à l’embauche, seront relevés de 10 à 50 et de 50 à 100 salariés.

François Fillon veut faire de l’investissement dans les PME et les start-up du numérique son crédo : épargne investie, capital risque, commande publique, pôle universitaire …

François Fillon joue  donc son va tout afin de refaire l’écart qui le sépare de ses opposants dans les derniers sondages. Il a par ailleurs annoncé qu’il révèlerait son programme concernant la santé, l’entreprenariat, la solidarité, la sécurité, la justice, la culture, la ruralité ou encore la politique énergétique dans les prochains mois.

JP

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Jérémy Pastor

View all post →