0

Centrafrique : les rebelles prennent d’assaut la capitale

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

800px-Rebel_in_northern_Central_African_Republic_04Samedi, les rebelles de la coalition centrafricaine du Séléka ont pénétré dans la capitale Bangui.  La raison de cet assaut: Le président Bozizé n’aurait pas respecté un accord de paix qu’il a conclu en janvier avec les rebelles, prévoyant leur intégration dans l’armée.

Dimanche était annoncée comme une journée décisive. Dès le petit matin les insurgés ont lancé une offensive éclair contre le palais présidentiel. Le président au pouvoir depuis presque dix ans a donc pris la fuite et se serait installé en République Démocratique du Congo.

Dimanche soir, Michel Djotodia, chef du Séléka a annoncé être le nouveau président de la République

La capital Bangui au coeur de l’anarchie

Le Président étant parti, de nombreux témoins ont affirmé avoir assisté à des scènes de pillages. Les rebelles ne seraient pas les seuls en cause,  des brigands ont aussi pris part à ces dégradations en profitant de l’instabilité qui règne dans la capitale. Ce sont donc des magasins, des villas ou encore des voitures qui ont été prises pour cible. La population aurait elle même participé à ses mouvements d’anarchie. C’est donc l’insécurité qui domine  dans les rues de la plus grande ville du pays.

La réactivité de la France.

La France qui est une ancienne puissance coloniale, possède toujours de nombreux ressortissants en Centrafrique. c’est pour cette raison qu’elle a envoyé près de 500 soldats en renfort depuis le début de l’assaut afin, dans un premier temps, d’assurer la sécurité de ses ressortissants mais aussi pour sécuriser l’aéroport de la capitale Bangui.

Paris a aussi affirmé «prendre note» du départ du président Bozizé, et appelle les partis a faire preuve de de la plus grande retenue.

La position des Etats Unis

Les Américains se sont déclarés très «inquiets» de la détérioration de la sécurité mais aussi de la dégradation de la situation humanitaire en Centre-Afrique. Washington appelle les rebelles à respecter les accords de Libreville ( accords de paix signé en Janvier 2013) mais aussi à rétablir la loi et l’ordre dans la ville et de remettre en routes les services de distribution d’eau et d’électricité.

Un assaut déjà meurtrier

Les premières victimes de cet assaut sont des soldats sud africains déployés dans la ville, tués lors des combats avec les rebelles. Aucun chiffre n’as encore été communiqué, mais il s’agirait de pas moins de six soldats. L’Afrique du Sud avait déployé 200 soldats en Janvier afin d’ assister le gouvernement du président Bozizé dans le processus de paix.

La situation inquiète en Centrafrique alors que la région est très instable que ce soit en République Démocratique du Congo ou au Rwanda plus récemment.

Par Charlotte Faulkner

charlottefaulkner@theyoungreport.fr

 

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Jérémy Pastor

View all post →