0

Affaire Leonarda et Khatchik : la jeunesse dans la rue ?

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
image_pdfimage_print

Un mois après l’expulsion de la jeune collégienne Kosovare Leonarda et du lycéen d’origine arménienne Khatchik  Katchatryan, les lycéens et les étudiants se sont mobilisés à nouveau mardi, Place de la République. Si ce sont l’ensemble des syndicats lycéens et étudiants qui ont lancé le mouvement, le résultat de cette opération est autant limitée que mitigée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Entre 200 et 300 lycéens et étudiants se sont rassemblés Place de la République à Paris afin de protester contre l’expulsion de Leonarda, collégienne d’origine kosovare arrêtée pendant une sortie scolaire et de Khatchik, lycéen sans papier de nationalité arménienne. Alors que le mouvement avait pris de l’ampleur avant il y a tout juste trois semaines, il semblerait que les vacances de la Toussaint ait considérablement handicapé l’essor du mouvement, et ce malgré la volonté d’une reprise de la part des principaux syndicats étudiants comme le laisse entendre Maximilian Raguet, Président de la Fédération Indépendante et Démocratique Lycéenne (FIDL) :

Une mobilisation mitigée

Si ce genre d’évènements et de mobilisations de la part de la jeunesse française doit être encouragé et félicité, il n’en demeure pas moins que la manifestation n’a pas rencontré un franc succès. Il y avait en effet autant, si ce n’est plus de CRS que de manifestants. Ce fait démontre également l’extrême prudence du ministère de l’Intérieur, Manuel Valls, et du Président de la République, François Hollande, pour ce genre d’évènements car l’affrontement direct ne doit pas avoir lieu. Yvan Dementhon, président de l’UNL (Union Nationale des Lycéenne), regrette d’ailleurs l’absence de dialogue avec le gouvernement :

Un projet à plus grande échelle en vue ?

Si la mobilisation faiblit, il n’en demeure pas moins que les syndicats lycéens et étudiants campent sur leurs positions : ils souhaitent sanctuariser le cursus scolaire pour les collégiens, lycéens et étudiants sans papiers. Et pour cause le fait d’aller à l’école est, selon eux une forme d’intégration. La mobilisation se poursuivra par ailleurs si le gouvernement ne prend pas de décision ou du moins ne fait aucune démarche pour rencontrer les syndicats de lycéens. Ces derniers vont ainsi multiplier les manifestations- une autre est d’ailleurs prévue jeudi 7- les assemblées générales ou encore la distribution de tracts afin que le gouvernement décide de changer la loi. Certains diront alors : « Foncez jeunesse ! ».

Par Jérémy Pastor

Partagez cet article :
RSS
Facebook0
Facebook
LinkedIn
Pinterest
0
↑ Back to top

Jérémy Pastor

View all post →